Insomnie et sommeil réparateur

dimanche, 29. novembre 2015

Insomnie et sommeil réparateur

Un bon sommeil est indispensable au bien-être physique et mental. Néanmoins, pour beaucoup, il n'a qu'une importance secondaire, et nombreux estiment même qu'il s'agit d'une perte de temps, pourtant inéluctable. Sachant que chaque individu passe un tiers de sa vie à dormir, il ne faudrait pas sous-estimer son importance : ceux qui sont victimes de troubles du sommeil en savent quelque chose...

1° Le sommeil : histoire, découverte et fonctionnement

Pendant très longtemps, le sommeil est resté un mystère : il était considéré comme un état inactif, durant lequel rien ne se produisait au niveau de l'organisme. Durant l'Antiquité, il était ainsi considéré comme un état particulier entre la vie et la mort. Dans la Grèce antique par exemple, le sommeil et la mort étaient liés, la mort étant considérée comme le "sommeil parfait". Durant l'Empire romain, les hommes ont commencé à reconnaître le sommeil comme une phase contrôlée par le cerveau, car essentielle à sa régénération. C'est à la naissance de l'électro-encéphalogramme, et lors des premiers scanners du cerveau, que le sommeil a réellement pu être observé.

Le constat a démontré un processus très dynamique, alternant des phases de sommeil différentes, qui reviennent en cycles successifs (de 3 à 5 par nuit). Un cycle se déroule donc comme suit :

  • D'abord un sommeil lent léger
  • Puis un sommeil lent et profond
  • Et enfin un sommeil paradoxal

Lorsqu'on dort, ce n'est pas seulement l'activité cérébrale qui se ralentit et se modifie, on peut également observer des changements au niveau du corps, selon la phase de sommeil dans laquelle on se trouve. Certaines hormones sont sécrétées en plus grand quantité, tandis que d'autres sont diminuées.

  • En sommeil lent : le pouls, la pression artérielle et la respiration ralentissent mais peuvent devenir instables.
  • En sommeil paradoxal : les muscles sont complètement détendus, mais de courtes contractions peuvent survenir

2° Pourquoi l'être humain a-t-il besoin de sommeil ? 

Nombreuses sont les théories à ce sujet. Le sommeil sera nécessaire pour :

  • préserver et réapprovisionner l'énergie
  • régénérer les organes
  • traiter les informations enregistrées pendant la journée (par le cerveau)

Malgré toutes ces théories, il n'existe toujours pas d'explication véritable à notre besoin de dormir.

Cependant, c'est lorsque des troubles surviennent que l'on s'aperçoit de l'importance du sommeil, et plus particulièrement de la nécessité de phases de sommeil régulières et suffisamment longues. Les troubles du sommeil diminuent la qualité de vie (fatigue, irritabilité, sautes d'humeur) et peuvent réduire les capacités (troubles de la concentration et de la mémoire) jusqu'à 70%. Dans certains cas, cela peut même conduire à des problèmes de santé.

3° Quelles sont les différentes causes et types d'insomnie ?

L'insomnie n'est pas si rare, car selon l'INSV (Institut National Sommeil Vigilance), 1 Français sur 5 souffrirait d'insomnie, et dans 9% des cas, celle-ci serait sévère. Elle a des causes multiples :

  • Physiques : douleurs rhumatismales, symptôme d'une maladie connue, apnées du sommeil...
  • Environnementales : mauvaise hygiène de vie, rythme de vie irrégulier, environnement bruyant...
  • Psychologiques : anxiété, stress, dépression...

Avant de vous rendre chez le médecin, posez-vous donc les questions suivantes :

  • Avez-vous souvent des difficultés à vous endormir le soir ?
  • Avez-vous l'impression de "mal" dormir ? Réveils fréquents durant la nuit, agitation nocturne, longues phases de somnolence...
  • Vous réveillez-vous toujours très tôt le matin, en vous sentant fatigué(e) ?

Si c'est le cas, et que cela vous arrive fréquemment - 3 fois par semaine ou plus, il peut s'agir d'une insomnie chronique : parlez-en à votre médecin, afin qu'il vous conseille et vous aide à résoudre vos troubles du sommeil.

Dans de nombreux cas cependant, il ne s'agit que d'insomnie occasionnelle ou transitoire, liée à :

  • un événement ponctuel : décalage horaire, veille d'examen...
  • un environnement perturbant : trop de lumière dans la pièce, fortes chaleurs en été, bruits parasites...

4° Petits trucs et astuces pour mieux dormir...

  • Posez-vous d'abord la question de savoir pourquoi vous n'arrivez pas à vous endormir : l'hygiène du sommeil est le mot clé. Vérifiez que l'atmosphère de votre chambre soit assez paisible, que vous n'entendiez pas la télévision, que la pièce soit suffisamment assombrie, etc.
  • Évitez de prendre des boissons excitantes avant de vous coucher : l'alcool à peut-être tendance à endormir, mais il perturbe le sommeil, tandis que la caféine contenue dans le café est stimulante. La nicotine des cigarettes est également une substance excitante, et un repas trop copieux pris le soir alourdit l'estomac, ce qui peut perturber le sommeil.
  • Essayez de mettre en place un rituel du soir relaxant avant de vous coucher, afin de préparer le corps et l'esprit au repos (lecture, étirements, musique douce). Essayez de vous coucher à la même heure et de respecter votre rythme de sommeil.
  • Ne pratiquez pas de sport juste avant de vous coucher. L'activité physique intense stimule la circulation sanguine et apporte un regain d'énergie. Le sport est effectivement un excellent moyen de réduire le stress, mais évitez de le pratiquer le soir après 19h.
  • Les huiles essentielles peuvent également vous aider : certaines huiles et mélanges ont une action particulièrement apaisante et relaxante, favorisant ainsi l'endormissement (rendez-vous sur notre rubrique "Produits Naturels pour Favoriser le Sommeil")